Ahogur – Sonia J. Fadda

Roman de fantasy médiévale issu d’une saga, ce premier tome d’Ahogur pose les bases d’un nouvel univers plutôt prometteur. Il m’aura fallu du temps pour plonger dans ma lecture et parvenir à en apprécier certains aspects, bien que les personnages en soient un point fort.

*

Merci à Sonia J. Fadda pour sa confiance pour ce Service Presse !

*

Quelques informations sur l’autrice :
Sonia Jarrige-Fadda est une autrice française née en 1973 et vivant actuellement à Montpellier avec sa famille. Même si elle a toujours aimé écrire, il lui aura fallu retrouver ses marques et ses habitudes avant de donner naissance à Ahogur.

La saga Ahogur compte six tomes (disponibles sur Amazon) et Sonia J. Fadda a également publié un recueil de poésie, Sous ma peau, peut-être ainsi qu’un recueil de nouvelles, Poudre Noire.

*

Résumé : Ahogur est le premier volet d’une histoire se déroulant à une époque similaire à nos temps médiévaux. Dans un monde sans nom, au cœur des contrées humaines, Ulysse élève seul une poignée d’enfants trouvés. Le bûcheron leur enseigne tout ce qu’il sait et à eux six, ils forment une curieuse famille. Leur vie aurait pu suivre paisiblement son cours si d’inhabituels événements ne s’étaient produits à deux pas de chez eux. Des événements qui ramenaient Ulysse vingt ans plus tôt, vers un passé tumultueux.
Pressentant une menace dont elle ne sait rien, Solène sa fille, sera celle par qui la vérité fera son chemin. Ce faisant, elle apprendra que la violence et la mort se joignent parfois à l’amour et l’amitié par des détours inespérés. Et sous l’égide de l’alchimiste, elle découvrira l’existence de tout un monde caché au regard des humains. Où les créatures féeriques et les potions miraculeuses deviennent la normalité. Pour Solène, le voyage ne fait que commencer.

*

Pour commencer, je dois prévenir que cette chronique sera peut-être plus nuancée que celles écrites jusqu’à présent. Je n’ai, contrairement à d’autres chroniques, pas été totalement conquise par ce livre, mais je reconnais les qualités tout comme ce que je qualifie personnellement de points faibles.

*

Ahogur prend place dans un petit village, qui a une routine somme toute tranquille. Si le récit se concentre sur une famille bien particulière, puisque chacun des enfants a été recueilli par Ulysse, le bûcheron. Les liens qui les unissent sont forts, même si leurs caractères sont tous bien différents et qu’ils ne sont pas forcément toujours en accord.
J’ai trouvé les différents membres de cette maisonnée attachants. On apprend tous à les connaître assez rapidement et à les apprécier. Aucun d’entre eux n’a tous les défauts du monde ou est un bouc-émissaire, il y a donc un équilibre plaisant à lire. Leurs personnalités sont compatibles et même si des disputes arrivent, l’ambiance générale est bonne, chaleureuse et agréable à découvrir pour le lecteur.
On apprendra à tous les connaître au fur et à mesure, mais c’est surtout au travers de Solène, une des enfants recueillie par Ulysse que l’histoire se révèle. La narration étant à la première personne, on découvre les événements en même temps qu’elle, et tout au début du livre, elle s’adresse même au lecteur rapidement.
Comme pour les autres personnages, je l’ai trouvée assez bien construite, avec un tempérament qui lui est propre et qui ne ressemble pas à ceux des autres membres de sa famille. Elle est forte, ne se laisse pas faire, mais reconnait parfois qu’elle n’est pas aussi cultivée que ce que l’on pourrait espérer.

*

Au fil des pages, les personnages vont vivre plusieurs aventures, ensemble ou non, qui les feront réagir de manière différente et leur permettra de forger leurs expériences. Même si certaines sont des plus funestes, puisque l’histoire se base notamment sur le mystère entourant des décès. Forcément, cela donne une idée du ton du roman dès ses débuts.
Bien heureusement, certaines seront plus légères et il y aura des histoires d’amour pour plusieurs des personnages. Si cela peut être mignon, j’ai tout de même eu un petit bémol à ce sujet. Pour une des relations développées, les deux protagonistes auront des relations sexuelles. En soit, je n’ai rien contre les scènes de sexe dans un roman, lorsqu’elles apportent quelque chose à l’histoire, ce qui est le cas ici, au début. Cependant, après la première scène du genre, elles ont commencé à se multiplier, sur un intervalle très court et apprendre que les personnages avaient une vie sexuelle très (très) active (vraiment, ils enchaînent sur plusieurs pages) ne m’a plus, alors, semblé si judicieux surtout au vu du nombre de scènes ou de sous-entendus qui se succèdent dans une petite trentaine de pages.

*

Sur un point plus positif, il y a un élément que j’ai particulièrement aimé au début de ma lecture. J’ai souvent l’impression que pour rendre un personnage féminin fort, les auteurs vont lui donner les mêmes capacités physiques qu’aux hommes, alors qu’en réalité elles rencontreraient plus de difficultés. Pour Solène, comme pour ses frères et sœurs, chacun ont leurs compétences. Solène va exceller au lancer de couteau, tandis qu’Edwyna est remarquable au tir à l’arc et que leur frère Colin a un excellent niveau en jet de hache. Tous ont leurs propres compétences qui les rendent indispensables au combat sans que cela ne paraisse exagéré.

*

Le récit en lui-même est plutôt convaincant. Certains passages sont un peu long, mais je trouve néanmoins qu’ils ont tous leur place et qu’ils permettent de faire avancer l’histoire.
Ahogur étant le premier tome de cette saga, il est normal qu’il serve d’introduction et pose les bases de l’histoire dans sa globalité. On comprend très rapidement que la quiétude qui est présente dans la première partie du récit ne le sera pas toujours, notamment à partir d’un moment charnière du récit qui entraîne un basculement irréversible. On sent que non, la paix n’est qu’illusoire et ce ne sont pas les rumeurs qui convaincront les lecteurs de l’inverse.
L’univers est intéressant, même s’il n’est qu’esquissé dans ce premier tome, on sent qu’il est approfondit sur certains points -par exemple pour les cérémonies du dernier vœu- et on comprend la situation géopolitique et ce que cela sous-entend par la suite.
Cependant, j’ai trouvé, surtout en lisant le résumé, que certains éléments étaient peut-être trop effleurés. En effet, pour ce qui est des « créatures féériques », je suis un peu restée sur ma faim, m’attendant à en voir plus. Elles étaient plus évoquées au travers d’un bestiaire que présentes physiquement dans l’histoire même si elles finiront par faire leur apparition au bout de plus de trois cent pages, mais ne seront pas beaucoup plus évoquées par la suite. Je pense cependant qu’elles auront un rôle plus important dans les livres suivants, mais j’aurais tout de même aimé les découvrir un peu plus dans ce premier tome.

*

Pour ce qui est de la plume de l’autrice, malheureusement, il y a plusieurs éléments qui ne m’ont pas vraiment convaincue et qu’on m’ont un peu empêché de me plonger totalement dans l’histoire dès le début.
J’ai notamment eu un problème avec les dialogues, très nombreux et très longs. Il n’est pas rare d’en voir certains constitués d’une bonne dizaine de répliques (voire plus d’une vingtaine), sans qu’il n’y ait d’incises. Ceci, ainsi que la mise en page maladroite des dialogues, s’améliore quelque peu au bout du tiers du roman mais j’ai trouvé dommage que cela n’ait pas été uniformisé puisque ça m’a posé des problèmes de compréhension.
Un autre point un peu fragile est que la narration se fait en « je » au travers du vécu de Solène, mais qu’il arrive parfois qu’elle raconte des événements auxquels elle n’a pas assisté, sans que personne ne lui ai raconté. Ce déséquilibre se retrouve également dans une autre façon, dans le niveau de langage à l’oral comme dans la narration, avec des termes qui me semblaient assez peu inappropriés dans un monde dit médiéval.
Néanmoins, il y a tout de même du positif dans l’écriture, sinon je ne serai pas parvenue jusqu’à la fin de ma lecture. L’attachement aux personnages le prouve dans un premier temps et les scènes de combats, ou d’apprentissage des langues étrangères étaient bien rédigées.

*

Pour finir, je dirai que je suis vraiment mitigée par ma lecture d’Ahogur. Il y avait de très bonnes idées mais la forme ne m’a pas réellement séduite. Je suis donc à moitié enthousiasmée pour lire la suite (puisque je pense que beaucoup des éléments effleurés y seront développés et que l’autrice a l’air d’avoir une très belle imagination) et dubitative selon le tournant que l’histoire peut prendre (notamment le fait que Solène va partir et que là où elle se rendra, sa couleur d’yeux et de cheveux la différenciera grandement des autres et que certains nobles cherchent à avoir ces caractéristiques).

Petite information intéressante :
– Il existe une page facebook pour la communauté des fan d’Ahogur.

Ahogur
Autoédité
Publication 2017
463 pages

Connaissez-vous Ahogur ? L’avez-vous lu, ou toute la sage ? Comptez-vous le faire ?

A très bientôt pour un nouvel article !
Brybry’

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s