Le géant enfoui – Kazuo Ishiguro

Une lecture étrange, presque éthérée. J’ai la sensation de l’avoir aimée, bien que j’ai éprouvé des sentiments confus au fil des pages. Mais elle était entraînante, hypnotisante, telle la brume qui recouvre tout dans cette Angleterre lointaine.

Disponible, ici, ici ou ici !

Quelques mots sur l’auteur :
Kazuo Ishiguro est né en 1954 à Nagasaki. A l’âge de six ans, il part vivre en Angleterre avec toute sa famille. C’est en 1982 qu’il commence à se consacrer à l’écriture, après des études de littérature et de philosophie.
Ses histoires prennent place en Europe, en particulier en Angleterre, exception faite de ses deux premiers romans, se déroulant au Japon. Deux de ses livres, Les vestiges du jour ainsi que Auprès de moi toujours, ont été adaptés en film.
Il obtient le Prix Nobel de Littérature en 2017.

*

Résumé : Axl et Beatrice vivent un amour constant qui a résisté aux années. Ils décident de faire un voyage pour rejoindre leur fils, parti depuis longtemps. De nombreux obstacles se dressent sur leur chemin, parfois étranges, parfois terrifiants, et mettent leur amour à l’épreuve. Leur parcours est une métaphore de nos vies à tous.

*

Le résumé présent en dit à la fois peu et beaucoup de l’intrigue. Toute l’épopée qui s’ensuit y est à peine effleurée alors que tous les éléments importants sont évoqués.On va donc découvrir créatures fantastiques, êtres de légende, paysages oniriques, avec tout ce qui s’y cache. On ne sait jamais à quoi s’attendre, ce qui va suivre. Tout peut paraître décousu tant il y a d’éléments différents et, pourtant, tout fait sens. Seulement, impossible de dire que les retournements de situations sont tous plaisants.

Ce qui m’a le plus marqué dans Le géant enfoui était l’ambiance, parfois plus onirique encore que l’histoire elle-même. Il y a beaucoup de douceur qui s’en dégage, notamment à travers les interactions d’Axl et Beatrice. Mais certains passages étaient sombres et, je peux le dire, malsains. Plusieurs rencontres étaient dérangeantes, effrayantes et leur dénouement l’était encore plus. Cette atmosphère est notamment liée à la présence de la brume qui recouvre tout et j’avais juste envie de souffler dessus afin que tous les mystères de ce roman soient levés.
Tout le roman donne une impression de continuité, que renforce l’ambiance. Malgré les péripéties inattendues, les détours, Axl et Beatrice nous emmènent avec eux, sans s’éloigner du but de leur quête.

*

Je viens de le mentionner, notre couple de héros forme le duo principal de ce roman. Tout comme l’ambiance, je les au trouvé parfois mignons, doux, tendres, parfois étranges, dérangeants, suspicieux. On ne sait pas trop quoi penser de leur relation, puisqu’il est impossible de la connaître en profondeur. Qui est en tort sur certains points, quel est réellement leur passé ? On craint pour leur couple, d’autant plus qu’ils sont âgés et vulnérables. Leur attachement l’un à l’autre est beau à voir, mais qui peut être sûr qu’il perdurera une fois la brume levée ?
Bien entendu, d’autres personnages croisent leur chemin, et si certaines rencontrent paraissent étranges, elles finissent par apporter une nuance importante au récit (je pense notamment à la première rencontre avec un batelier). On verra donc des moines, un enfant hors du commun et d’autres plus ordinaires, des soldats, des ogres et la crainte de créatures mythiques.

*

La plume de Kazuo Ishiguro est ici très douce, exception faite, tout de même, des moments d’actions. Il y a beaucoup de politesse, de retenue, de respect, surtout de la part d’Axl et Béatrice, ce qui semble rendre les combats moins violents. Cela apporte parfois un décalage, d’autres fois de la nuance.

Si aucune date précise n’est donnée, le récit se déroule tout de même après la mort du roi Arthur, quelques années (ou quelques dizaines) plus tard, puisqu’un de ses chevaliers est toujours vivant et en train d’accomplir une tâche confiée par son seigneur.

*

Le géant enfoui aura été pour moi une très bonne lecture et j’avoue qu’il m’aura fallut quelques temps pour que la fin, étrange comme tout le roman, décante. Je ne savais pas ce que les lignes allaient me réserver et je suis allée de surprise en surprise. J’ai apprécier découvrir tout un folkore, même si toutes les créatures n’étaient pas des plus apaisantes. Je suis en tout cas ravie que chaque interrogation ait trouvé sa réponse avant la dernière page, mais je conçois que cette lecture puisse en dérouter certains.

*

Le géant enfoui
Editions Folio
Publication 2016
459 pages

Avez vous déjà lu ce livre, ou un roman de Kazuo Ishiguro ?

A très vite pour un prochain article !
Brybry’

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s