Celle qui dérange – Eva Kopp

Histoire familiale, rivalités au travail, la vie de Heloïse n’est pas de tout repos, et les événements qu’elle va vivre ne vont pas l’épargner. Celle qui dérange, est une histoire intrigante qui se lit très rapidement, en quelques heures à peine.

*

Merci à Eva Kopp pour sa confiance renouvelée pour ce Service Presse !

*

Quelques informations sur l’autrice :
Cet article est mon deuxième sur un ouvrage d’Eva Kopp, et je l’avais donc présentée dans l’article sur L’enfant du Tsunami. Celle qui dérange est son deuxième roman.

*

*

Résumé :
Heloïse, trentenaire toulousaine et célibataire libérée, cumule joyeusement les Mojitos et les amants quinquas.
Alors qu’elle pratique son footing quotidien, elle découvre un corps flottant dans la Garonne. Le choc est d’autant plus important que le cadavre présente des similitudes physiques avec son père qui l’a abandonnée lorsqu’elle avait 6 ans.
Heloïse vacille peu à peu. Elle décide de chercher son père et découvre qu’il a refait sa vie à quelques kilomètres de chez elle…

*

L’histoire de Celle qui dérange est plutôt intéressante, bien que l’intrigue initiale peut sembler être commune. Si elle est concentrée sur la question des origines de Heloïse, il y aura tout de même plusieurs variantes au récit, des rebondissements qui seront développées succinctement au fil du roman.

Heloïse, perturbée à raison par la découverte du cadavre dans la Garonne, ce qui brise la routine de sa vie quotidienne, va décider de partir à la recherche de son père, qui est parti sans rien dire des années auparavant, la laissant seule avec sa mère. Même si elle se heurte à un mur lorsqu’elle tentera de le recontacter, elle ne baissera pas les bras et cherchera par tous les moyens, même ceux les plus détournés, à lui parler. Cela finira par arriver mais ne signifiera absolument pas que les problèmes de la jeune fille seront terminés, bien au contraire…

L’histoire ne se déroule pas uniquement de manière linéaire. Si elle commence tel que le promet le résumé, il y aura à plusieurs reprises des retours dans le passé, bien nécessaires à l’histoire. Le passé et le présent se mêlent pour déboucher sur une nouvelle situation. On en découvrira notamment plus sur Heloïse, sur son enfance et notamment le moment où tout a basculé suite au départ de son père.
La répétition de certains passages, dont celui qui commence le livre, permet d’instaurer un certain rythme et de voir aussi l’évolution d’Heloïse au fil des pages, ce qui change dans sa routine, ce qui se remet en place naturellement.
Le récit est néanmoins très courts, moins de deux cents pages et j’avoue que je suis partagée sur un point. Si l’histoire en elle-même me semble complète, je n’aurais pas été contre un approfondissement de certains aspects, de certains personnages, pour qu’on puisse les comprendre plus et, peut-être, s’attacher un peu plus à eux. Malgré tout, je n’ai pas l’impression que le fond manquait de quoique ce soit.

*

Les personnages de Celle qui dérange sont nombreux et variés. Certains frôlent la caricature (voire mettent un pied dedans), mais j’ai eu l’impression que c’était le parti pris par l’autrice et qu’elle s’en amusait, se permettait de jouer un peu plus avec ces personnages.
Heloïse, étant le personnage principal, l’intrigue se construit bien entendu autour d’elle. Elle profite de la vie, a un rythme de vie qui semble parfois sain, avec ses joggings réguliers, et parfois un peu extrême avec ses mauvaises manies au travail, ses soirées également fréquentes et ses rendez-vous trouvés sur internet, juste pour s’amuser et prendre du plaisir. Elle ne renoncera à rien pour retrouver son père, crée un dialogue, quitte à s’immiscer dans la nouvelle vie qu’il s’est crée. Avec tous ces points, on peut déjà comprendre en quoi elle est celle qui dérange. Son comportement peut parfois être considéré comme étant irréfléchi et j’ai parfois eu un peu peur dans ses démarches, me demandant si tout allait bien se passer pour elle et… ce ne fut pas toujours le cas.
Heloïse n’est pas seule, elle n’est pas un personnage isolé. En plus de ses conquêtes d’un soir, elle peut compter sur une amie proche, mais aussi sur un collègue, auquel elle est loin d’être indifférente. Pour ce qui est de sa « famille » par contre, les choses sont bien évidemment moins facile et il est difficile de savoir qui est sincère et qui ne l’est pas…

*

Dans ce roman également, j’ai eu l’impression qu’Eva Kopp traitait les sujets abordés avec justesse, et je pense qu’elle a fait plusieurs recherches en amont, notamment pour ce qui concerne le travail de Heloïse, en maison de retraite. Les difficultés rencontrées par ces établissements sont de nos jours bien connus et on les retrouve bien par moment dans Celle qui dérange.
De même, la confrontation avec son père, sa famille, ne peut forcément pas se dérouler sans accro et l’on suit les avancées, tout comme les retours en arrière dans ce processus.

*

La plume d’Eva Kopp est reconnaissable, similaire à son premier roman, L’enfant du Tsunami. C’est un style plutôt oral, qui pourrait déplaire aux personnes qui sont à cheval sur les normes traditionnelles de littérature, notamment pour les dialogues. Malgré cela, d’un point de vu global, l’histoire se lit bien. Je voulais lire par curiosité les premières pages, au final j’ai été très vite emportée dans l’histoire, et trois petites heures plus tard, j’avais fini ma lecture.
Certains passages retrouvent un peu de la poésie que j’avais apprécié dans le premier roman d’Eva Kopp, mais je pense devoir être obligée de dire que d’autres sont plutôt crus. L’autrice m’avait prévenue, et comme elle me l’avait dit, les grossièretés et autres réjouissements se font moins nombreux par la suite.

*

Celle qui dérange a été pour moi une lecture assez agréable, bien que je ne sois pas sûre de relire ce livre un jour. Il se lit bien, facilement et on se laisse happer bien plus vite qu’on ne le pensera. La chute finale, les dernières lignes m’ont surpris et à mon avis, peuvent justifier que l’on lise cette histoire jusqu’à la fin.

Celle qui dérange
Autoédition
Publication 2019
189 pages

Connaissez-vous ce livre ? Vous donne-t-il envie ?

A bientôt pour une nouvelle chronique !
Brybry’

Publicité

Une réflexion sur “Celle qui dérange – Eva Kopp

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s