De Bons Présages – Neil Gaiman, Terry Pratchett

Le roman De Bons Présages est le résultat d’une collaboration entre Neil Gaiman et Terry Pratchett. Autant dire que je me voyais très mal passer à côté d’un tel ouvrage, sachant que j’aime la plume comme l’humour de ces deux auteurs. Et, pour mon plus grand plaisir, j’ai été servie.

*

Quelques mots sur les auteurs :
Terry Pratchett, né en 1948 et décédé en 2015 est un des auteurs anglais les plus reconnus et les plus prolifiques de fantasy. Enfant, il s’est d’abord intéressé à l’astronomie, puis à la science-fiction anglaise et américaine. Âgé de dix-sept ans, il se lance dans le journalisme, tout en poursuivant des études pendant ses jours de repos. C’est en 1971 qu’il est édité pour la première fois, avec Le Peuple du Tapis, qu’il retravaillera par la suite. Terry Pratchett est notamment connu pour son oeuvre « Les annales du disque-monde » comportant plus d’une trentaine de tomes.
Il se distingue par sa plume, son humour particulier et par son non-respect des normes d’édition. Par ailleurs, Terry Pratchett, anobli en 2008, possède une épée forgée par ses soins et celui d’un forgeron, contenant plusieurs morceaux de météores.

Neil Gaiman est également un auteur anglais de fantasy, fantastique et science-fiction. Je l’avais déjà présenté dans mon article sur son livre Stardust.

Terry Pratchett et Neil Gaiman deviennent amis suite à leur rencontre en 1985 et publieront De Bons Présages (Good Omens) en 1990.

*

*

Résumé :
L’Apocalypse aura lieu samedi prochain, après le thé ! Ainsi en ont décidé, d’un commun accord, les forces du Bien et celles du Mal. L’Antéchrist va fêter ses onze ans. Son éducation a été supervisée par un ange, Aziraphale, et un démon, Rampa, résidant sur Terre depuis l’époque de la première pomme. Mais voilà, suite à un coup du sort, l’enfant a été échangé à la maternité. Le véritable Antéchrist se nomme Adam et vit dans la banlieue de Londres. Et ça, ça change tout ! Une course contre la montre commence alors pour l’ange et le démon qui, finalement, se disent que la race humaine ne mérite pas son sort.

*

Ma première tentative de lecture avait lamentablement échoué puisque je n’avais jamais reçu mon colis, autant dire que je suis heureuse d’avoir pu avoir ma petite revanche !

*

De Bons Présages est composé de plusieurs idées qui paraissent assez communes (l’idée du Bien et du Mal qui s’affrontent, d’un enfant échangé à la naissance…) mais le déroulement est pour le moins innovant. Vont en effet se mêler des histoires de prophéties douteuses, de sorcières et d’inquisiteurs… en plus de la présence d’Anges et de Démons. Autant dire que c’est un roman plein de rebondissements, notamment pour les présages, qui arrivent de façon totalement farfelue et inattendue.

*

Les personnages sont très nombreux, et il peut être assez facile de s’y perdre surtout au début et c’est là que je dis merci à la liste plutôt amusante qui les présente tous au début du livre (mention spéciale au molosse des Enfers). Je dois reconnaître qu’il me fallait parfois quelques instants pour remettre un personnage, me rappeler qui il était et quel était son rôle.
Cela ne m’a cependant pas empêché de comprendre l’histoire ni de m’y plonger. Je pense d’ailleurs que ça a permis de découvrir plus de personnages en profondeur, notamment pour Agnès Barge, que l’on aurait pas pu découvrir autant sinon. Quoiqu’il en soit, ils finissent bien entendu tous par se croiser et leur présence prend sens au fur et à mesure des pages, par exemple pour les quatre chevaliers de l’Apocalypse. Il existe un certain mystère qui flotte autour d’eux et qui ne sera révélé qu’au fur et à mesure. Aussi, les fans de Terry Pratchett et des Annales du Disque-Monde devraient retrouver avec plaisir un personnage bien particulier.
De mon côté, j’ai beaucoup aimé Adam, à savoir l’Antéchrist, qui refait le monde à sa façon, sans forcément se rendre compte des conséquences. Newton est quant à lui un personnage très attachant, un peu naïf mais qui ne rechigne pas à la tâche. Cependant, je dois avouer que j’ai eu un gros coup de coeur pour le duo d’Aziraphale et Rampa, attendant leurs passages avec impatience.

*

L’humour est prédominant tout au long du récit. Il se cache parfois dans des détails, des jeux de mots où à la fin d’une situation qui offrira une chute inattendue mais d’autant plus amusante. Il y a toujours une péripétie, un contre-coup qui prête à sourire ou à rire. Bon, je dois tout de même avouer que je suis assez bon public et que j’ai tendance à rire pour peu de choses, mais je pense tout de même que d’autres que moi pourraient être amusés par l’humour des deux auteurs. Il faut s’attendre à sourire au moins toutes les cinq pages, si voire plus. J’ai notamment apprécié Aziraphale et sa trop grande gentillesse qui semble bien maladroite lors de la réparation d’un vélo, les notes de bas de page qui ne sont pas dénuées d’humour et qui sont vraiment à lire, ou encore la façon de Rampa de se battre contre un autre démon avec brumisateur.
Le texte est également parsemé de très nombreuses références, dès les premières pages, et même si je ne suis pas sûre de toutes les avoir eues, certaines m’ont fait bien rire.

« Bon, ben alors, j’y vais, babilla Rampa. Au revoir, à la pr… au revoir, quoi. Euh. Bon. Parfait. Bye. »

Pendant que la Bentley se noyait dans les ténèbres avec un hurlement de pneus, Ligur se demanda : « Il a dit quoi ?

– C’est de l’américain, expliqua Hastur. Ça veut dire : achetez. »

En parlant des auteurs, je n’ai pas remarqué de différence dans l’écriture. Ils avaient dans un premier temps décidé que l’un écrirait sur certains personnages et l’autre de ceux restant, mais au fur et à mesure du processus, ils ont finit par tout rédiger ensemble (au point que Terry Pratchett a déclaré « de grosses portions étaient écrites par une créature composite appelée Terryetneil » ).

*

Même si j’ai adoré ma lecture, je dois être honnête et dire que j’ai mis plutôt longtemps à parvenir à la fin du livre. Il vaut le coup d’être lu, mais certains passages peuvent être un peu long ou on peut se perdre un peu entre tous les personnages, j’ai donc trouvé préférable de prendre mon temps et de bien le savourer sans précipiter ma lecture.
Néanmoins, De Bons Présages est composé de nombreux extraits qui se succèdent les uns à la suite des autres, ce qui peut faciliter la lecture où, au contraire, permettre de faire une pause au milieu d’un chapitre si le lecteur le souhaite.

*

Petite information intéressante :
De Bons Présages va être adapté en série et diffusée dès le 31 mai par Amazon Prime !

*

Si certains se sentent découragés par le nombre de personnages au début de la lecture, s’il vous plait, ne lâchez pas l’affaire et essayez d’aller jusqu’au bout. Je trouve que c’est une histoire qui vaut vraiment le coup et que passer à côté serait une erreur. Bien entendu, si vous n’accrochez pas au style, ne vous forcez pas, mais sachez que tout finit par prendre sens et qu’il existe une réelle logique à l’existence de chacun des personnages.

De bons présages
Editions J’ai lu
Publication 1995
440 pages

Connaissez-vous ce livre ? L’avez vous lu ? Avez-vous déjà lu un livre d’un de ces auteurs ?

A très vite pour un prochain article !
Brybry’

Publicité

Une réflexion sur “De Bons Présages – Neil Gaiman, Terry Pratchett

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s